Le Qatar finira-t-il par plier ? Finira-t-il par rejoindre les Emirats arabes unis et adopter leur position ? C'est une question à laquelle il est impossible de répondre aujourd'hui. Mais c'est une question qui se pose, au vu de la situation actuelle. La semaine dernière, j'ai suivi un séminaire à Reykjavik où il a beaucoup été question de cette crise au Moyen Orient. Pour ceux qui n'auraient pas suivi, l'Arabie saoudite et plusieurs autres pays ont décidé de suspendre toute relation diplomatique avec le Qatar, accusé pêle-mêle de complaisance avec l’Iran et de soutien aux mouvements djihadistes comme aux Frères Musulmans. Ces pays ont fait le choix de mesures vigoureuses pour faire part de leur mécontentement : le bouclage de leurs frontières avec Doha, l'interdiction de survoler leur territoire aux avions qatars. En bref, c'est la crise la plus grave depuis la mise en place du Conseil de coopération en 1981... Et ce n'est pas tout. L'on a appris depuis que cette crise sans précédent serait en fait causée... par des hackers russes. Kremlin aurait en effet joué un rôle déterminant, en voulant insuffler des tensions entre les Etats-Unis et leurs soutiens (le pays ayant l'une des plus grandes bases militaires américaines de la région). Les autorités locales ont en effet précisé avoir été la cible de hackers qui avaient propagé, en mai dernier, sur le site de l'agence de presse des propos mensongers prêtés à l'émir du Qatar. Et le plan a fonctionné. Trump a dans la foulée vanté la mise en quarantaine du Qatar, avant même de vérifier les informations. Mais enfin, à voir comment il a agressé le maire de Londres après les récents attentats qui ont frappé les britanniques, le président américain semble incapable de comprendre ces informations, et ce même lorsqu'il les a sous les yeux ! Washington devrait vraiment confisquer son téléphone à Trump, s'ils veulent espérer calmer les tensions au Moyen Orient ! Soit dit en passant, j'ai beaucoup aimé ce séminaire. Voilà l'agence qui l'a animé, si vous voulez jeter un coup d'oeil à ce qu'elle fait. Davantage d'information est disponible sur le site de l'agence de voyage de ce séminaire en Islande. Cliquez sur le lien.